Comment les entreprises recrutent-elles aujourd’hui ?

Les entreprises se détournent peu à peu des offres d’emploi classiques au profit de nouveaux outils et d’un ciblage plus précoce.

Les offres d’emploi classiques ne semblent plus avoir la cote auprès des recruteurs. L’époque où l’entreprise postait une annonce puis attendait que des candidats se manifestent semble révolue. Désormais, elles ont métamorphosé leur méthode de recrutement et ciblent davantage de candidats passifs, notamment via les réseaux sociaux et les cabinets de recrutement.

LinkedIn et Viadeo montent en flèche

Les entreprises s’adaptent aux nouveaux moyens de communication. Il est désormais possible de repérer le candidat idéal avant qu’il ne postule. Cela se traduit par un ciblage de profils sur des réseaux sociaux. LinkedIn revendique par exemple 300 millions d’utilisateurs dans le monde. En 2013, sur 29 millions de Français actifs, 8 millions possédaient un profil Viadeo et 7 millions un profil LinkedIn, selon « Le Figaro » .

Les entreprises intègrent la nécessité d’une présence sur ces nouveaux réseaux. D’après un sondage Viadeo/Harris Interactive , seulement 26 % des recruteurs étaient présents sur les réseaux professionnels et 8 % ont concrétisé cette présence par des embauches en 2013.

Néanmoins, 78 % des recruteurs estimaient que ces sites facilitaient l’employabilité. Sortie de l’entretien, la recherche d’emploi continue sur les réseaux où le pitch – présentation succincte – expose à tous les attentes du candidat.

Les cabinets de recrutement ont la cote

Le développement des réseaux sociaux professionnels servent d’appui pour les cabinets de recrutement et de chasseurs de têtes. Les compétences rares sont ciblées et les individus en poste peuvent aussi accéder à des opportunités professionnelles.

D’ailleurs, les sociétés se tournent davantage vers ces cabinets pour faciliter leurs recherches de candidats à moindre coût. Ces intermédiaires concentreraient 20 % des recrutements . Cela transforme la structure du marché de l’emploi et la posture à adopter pour les futurs recrutés.

Le métier de recruteur évolue : la polyvalence efface la spécialisation. Il doit recruter une personnalité plutôt que des compétences. Le recrutement devient un métier à part entière à l’image des cabinets de recrutement Fed ou Michael Page, spécialisés par secteur d’activité.

Les CV et des lettres de motivation sont voués à disparaître

Les recruteurs ne lisent pas toujours la lettre de motivation, mais soulignent son importance. Dans une moindre mesure, il en est de même pour le CV. Certains réseaux professionnels les remplacent simplement. Sur LinkedIn et Viadeo, les expériences y sont déjà détaillées. L’occasion de de recruter plus facilement et cibler des candidats sur un marché de l’emploi sans recherche active.

Par ailleurs, mettre son CV en ligne sur des jobboards peut être mal interprété par son employeur. A l’inverse, une simple mise à jour de son profil sur les réseaux sociaux professionnel passera bien mieux.

Source de l’article

Ces petits riens qui fidélisent vos salariés La génération Y est-elle plus impolie au bureau ?